info-histoire.comInfo et actualité de l'histoire
L’invention du passé – deux expositions à Lyon et Bourg-en-Bresse

L’invention du passé – deux expositions à Lyon et Bourg-en-Bresse

Par rédaction, le

Le samedi 19 avril 2014, deux expositions ouvrent leurs portes au public au Musée des Beaux-Arts de Lyon (69) et au Monastère royal de Brou, à Bourg-en-Bresse (01). Elles explorent toutes deux la vision portée par les artistes des premières décennies du XIXe siècle sur le Moyen Âge et la Renaissance.

Au lendemain de la Révolution française, et après de nombreuses destructions, le regard porté par les artistes sur le passé, et particulièrement sur la période médiévale, se révèle primordial. Les peintres, rapidement qualifiés de « troubadours », évoquent les événements d’un passé lointain, vu à travers le prisme du romantisme. Ces deux expositions reviennent donc de façon approfondie sur le contexte européen du mouvement ainsi que sur la naissance et l’évolution du courant, depuis le succès rencontré par Fleury Richard avec son tableau Valentine de Milan pleurant la mort de son époux (Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg) en 1802, jusqu’au milieu du siècle.

Toile de Pierre Révoil le Tournoi 1812
Pierre Révoil, Le Tournoi, 1812

Les villes de Bourg-en-Bresse comme de Lyon sont particulièrement bien placées pour amorcer une réflexion sur le style troubadour, ses protagonistes et son développement. A Brou, monument funéraire du premier XVIe siècle, l’exposition insiste, à travers de nombreuses oeuvres (dessins, peintures, objets d’art), sur la mise en scène des édifices médiévaux et le rapport à l’architecture ancienne des artistes du XIXe siècle.

affiche de l'exposition de Bourg-en-Bresse Gothique mon amour

C’est enfin de Lyon que les peintres Fleury Richard et Pierre Révoil sont originaires. Ces deux chefs de file troubadours, comme leurs contemporains (Paul Delaroche, Jean Dominique Ingres, etc.) ont réalisé de nombreuses oeuvres inspirées d’épisodes historiques ou d’ouvrages littéraires des derniers siècles du Moyen Âge mais également de la Renaissance. Ils furent aussi des collectionneurs, notamment d’objets gothiques. L’exposition s’intéresse donc à leur production comme à celle de leurs voisins européens tout en les replaçant dans le contexte historique et littéraire du XIXe siècle commençant.
L’une des oeuvres de Pierre Révoil, intitulée Le tournoi (1812) est d’ailleurs visible en haute définition sur le site du musée.

affiche de l'exposition de Lyon histoire de coeur et d'épée

Deux expositions à découvrir absolument jusqu’au 21 juillet à Lyon et jusqu’au 21 septembre à Bourg-en-Bresse.

L’invention du passé.
Gothique mon amour, 1802-1830.


Bourg-en-Bresse, Monastère royal de Brou
Tous les jours, 9h-12h30 et 14h-18h

invention-passe-gothique-amour

L’invention du passé.
Gothique mon amour
1802-1830 Tome I

Par Magali Briat-Philippe
Editeur : Hazan – 2014
ISBN-10 : 2754107614

Le site de l’exposition de Bourg-en-Bresse

L’invention du passé.
Histoire de coeur et d’épée en Europe, 1802-1850.

Lyon, Musée des Beaux Arts
Tous les jours sauf le mardi, 10h-18h

invention-passe-histoire-europe-xixe

L’invention du passé.
Histoires de coeur et d’épée en Europe
1802-1850 Tome II

Par Stéphane Paccoud et Stephen Bann
Editeur : Hazan – 2014
ISBN-10 : 2754107606

Bande-annonce de l’exposition à Lyon