info-histoire.comInfo et actualité de l'histoire
<em>Festins de la Renaissance</em>, une exposition sur la cuisine et la table au XVIe siècle à Blois (41)

Festins de la Renaissance, une exposition sur la cuisine et la table au XVIe siècle à Blois (41)

Par rédaction, le

Le château royal de Blois organise jusqu’au 21 octobre prochain Festins de la Renaissance – Cuisine et trésors de la table au XVIe siècle, première et importante exposition consacrée à l’alimentation et aux arts de la table à la cour de France au XVIe siècle.

Présentée au premier étage de l’aile Gaston d’Orléans du château royal de Blois (41), l’exposition retrace l’évolution de la cuisine et des arts de la table par le biais d’une scénographie qui associe vaisselle de table, émaux, pièces d’orfèvrerie, tableaux, manuscrits enluminé, mobilier, verrerie…

« L’exposition propose un parcours à 3 niveaux fondé sur une évolution chronologique, caractérisique de la période qui nous fait passer d’un repas de type médiéval, mis en scène selon une dimension liturgique, au repas incluant les nouveautés de la Renaissance, prélude au repas d’époque moderne, et devenue une cérémonie civile et politique. » indique Elisabeth Latrémolière, commissaire d’exposition, conservateur et directeur du château royal de Blois.

Théâtralisés et ritualisés, les festins de la Renaissance étaient dirigés par un maître d’hôtel.
Aucune pièce n’étant principalement prévue à cet effet, le lieu était choisi en fonction de l’événement ou du nombre de convives et on y « dressait la table ». Composé d’une planche posée sur des tréteaux, cette table était recouverte d’un linge sur lequel on disposait des tranchoirs en métal puis, au fil du XVIe siècle, des assiettes.

table princiere a la renaissance

Utilisée pendant l’Antiquité, la fourchette fait son retour sur les tables pendant la Renaissance. Longtemps considérée comme marque d’excentricité, elle sert dans un premier temps à piquer dans le plat un morceau que l’on porte ensuite à la bouche avec ses doigts. Pour l’Eglise, l’utilisation de la fourchette était immorale car incitant au péché de gourmandise : la fourchette est donc peu utilisée sur les tables en France avant le XVIIe siècle.

fourchette a deux trois ou quatre dent de la renaissance

La place des hôtes d’honneur est signalée par la présence d’une nef, pièce d’orfèvrerie aux allures de navire en or massif ou en argent. A l’intérieur de ce vaisseau sont conservés couteau, fourchette, cuillère, serviette, cure-dent et contre poisons du prince. De ce vaisseau de table découle notre vaisselle actuelle.

Nef du XVIe siècle attribuée à Hans Rappolt, orfevre à Nuremberg
Nef attribuée à Hans Rappolt, orfevre à Nuremberg
Dernier quart du XVIe siècle

Au cour du XVIème siècle, les manières de table se raffinent. L’utilisation de serviettes se généralise. Erasme de Rotterdam rappelle en 1530 qu’Il est discourtois de lécher ses doigts graisseux ou de les nettoyer à l’aide de sa veste. Il vaut mieux se servir de la nappe ou de la serviette. L’utilisation de cure-dent, cure-oreille ou d’ongles est alors très répandue. Richement décorés, ils sont portés autour du cou comme de véritables bijoux.

Pendentif Cure-dent cure-oreille du XVIe siècle
Pendentif faisant office de cure-dent cure-oreille
Or et perle – XVIe siècle

La cuisine de la Renaissance utilise une toute jeune invention en Europe, l’imprimerie, pour se diffuser. Le Viandier de Guillaume Tirel dit Taillevent, ou le Grand cuisinier de toute cuisine connaissent une large diffusion pendant près de deux siècles.

Livre de recettes du XVeme siècle - Mesnagier de Paris avec suppléments de recettes culinaires
Mesnagier de Paris avec suppléments de recettes culinaires
Paris, Manuscrit du XVe siècle

La cuisine, qui reste fondamentalement médiévale notamment par l’utilisation importante des épices, voit le sucre et le beurre prendre une place plus importante. Le sucre rentre alors dans la composition de nombreux plats. Jean Bruyérin-Champier souligne en 1560 dans son De re cibaria qu’il adoucit l’âcreté, il affaiblit l’acidité, il donne meilleure saveur au salé, il supprime l’âpreté et mûrit la verdeur de goût: il remédie à tout ce qui est fade et insipide.
Le sucre est aussi utilisé dans les décors de table. A Venise, lors d’un repas au palais Foscari, le futur Henri III découvre que les nappes, les serviettes, les assiettes, les couverts, le pain étaient en sucre, d’une d’imitation si parfaite que le roi demeura agréablement surpris, plus encore lorsque la serviette, qu’il croyait de toile, se rompt entre ses mains.

Les légumes font aussi leur entrée dans l’alimentation de l’aristocratie, parmi lesquels l’artichaut, dont raffolait Catherine de Médicis. Le melon est aussi très consommé.

De nouveaux mets arrivent sur les tables de France après la découverte de l’Amérique : la dinde, par exemple, est très vite adoptée. En 1549, lors d’un banquet donné à Paris en l’honneur de Catherine de Médicis, 66 dindes furent servies. La volaille est prisée de l’aristocratie car considérée comme supérieure aux autres animaux touchant terre.

Reconstitution d'une cuisine à la renaissance
Reconstitution d’une cuisine
Coupe aux armes d'Anne de Bretagne
Coupe aux armes d’Anne de Bretagne.
Venise, vers 1500
Drageoir en faïence fine de Saint-Porchaire
Drageoir en faïence fine de Saint-Porchaire
Vers 1540 – 1560
Cuillère coquillage
Cuillère coquillage
XVIe siècle
affiche expo festins de la renaissance a blois

L’exposition, reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture et de la Communication, la Direction générale des patrimoines et le Service des musées de France fait écho au classement du repas gastronomique français au patrimoine mondial de l’Unesco.

En marge de l’exposition, des banquets Renaissance « A la table de sieur Sausin » sont proposés les vendredis 10 et 24 août, le jeudi 13 septembre, le samedi 22 septembre, et le vendredi 5 octobre à partir de 19 h 30 au château de Blois.

Tarifs des banquets : 40 € par personne (enfants de 4 à 12 ans : 20 €). Sur réservation au 02.54.90.33.32. Possibilité de location de costumes (20 €) et de chapeaux Renaissance (10 €).

Commissaire général de l’exposition

Elisabeth Latrémolière, conservateur et directeur du château royal de Blois (41),
Avec la collaboration de Pierre-Gilles Girault, conservateur-adjoint du château royal de Blois et de Hélène Lebédel-Carbonnel, responsable des collections Beaux-Arts au château royal de Blois.

Comité scientifique

Président : Florent Quellier (IEHCA)
Pascal Brioist (maître de conférences, CESR, université de Tours), Valérie Boudier (maître de conférences, Université Lille III), Monique Chatenet (Conservateur en chef du patrimoine, centre André Chastel), Francis Chevrier (directeur IEHCA), Thierry Crépin-Leblond (conservateur général du patrimoine, directeur du musée national de la Renaissance), Kilien Stengel (chargé de mission scientifique, IEHCA) Fabienne Ravoire (ingénieur de recherches, INRAP Ile–de-France).

catalogue de l'exposition Festin de la Renaissance cuisine et tresors de la table au chateau de blois

catalogue de l’exposition
Festin de la Renaissance

Editions Somogy éditions d’art
ISBN-10: 2757205676

Accès au château royal de Blois

41000 Blois
Tél. : 02 54 90 33 32



A lire aussi :

La Princesse de Montpensier, le nouveau film de Bertrand Tavernier
Qu’est-ce qu’un étranger à la cour de France ? Journées d'études les 8 et 9 décembre à Versailles
L'histoire en 3D du Château de Blois
Les conférences des Rendez-vous de l'Histoire de Blois disponibles en écoute