info-histoire.comInfo et actualité de l'histoire
Retour sur la découverte d’un mammouth, Helmut, en Seine et Marne (77)

Retour sur la découverte d’un mammouth, Helmut, en Seine et Marne (77)

Par rédaction, le

En juillet dernier, les archéologues de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) ont découvert sur un chantier de fouilles gallo-romain à Changis-sur-Marne (77) le squelette d’un mammouth laineux quasiment complet.
Ce mammouth, prénommé Helmut par la communauté scientifique, a été mis au jour lors d’un sondage réalisé par un géologue, dans une carrière située sur une ancienne berge de la Marne pour repérer l’environnement stratigraphique de la fouille romaine.
A la suite de la découverte d’os d’éléphantidé, l’INRAP a entrepris une campagne de fouilles sur le site, en collaboration avec le Muséum national d’histoire naturelle.

Si de nombreux éléments isolés de mammouth sont régulièrement découverts sur différents sites préhistoriques, cette découverte est d’importance car ce squelette est presque complet, avec ses nombreuses connexions anatomiques conservées. Un certain nombre de squelettes aussi complets a déjà été découvert, en Sibérie par exemple, mais en France, seuls quatre spécimens de ce type sont connus. Le dernier a été mis au jour en 1908.

Les archéologues ont découvert la tête de l’animal et les deux défenses, dont une encore en place dans l’alvéole. La machoire inférieure, les membres ou encore la colonne vertébrale avec les côtes de l’animal ont été mis au jour et certains encore en partie connectés. Une défense et un fémur ont été trouvés à un mètre de l’animal.

Squelette d'Helmut le mammouth à CHANGIS-SUR-MARNE - SEINE-ET-MARNE

Helmut, mammouth laineux, aurait vécu au Paléolitique moyen. Selon les hypothèses des scientifiques, il serait mort entre 200 000 et 130 000 ans avant aujourd’hui, à un âge compris entre 20 et 30 ans. Ce jeune adulte, qui devait mesurer jusqu’à 3,40 mètres au garrot pour un poids compris entre 4 et 5 tonnes, serait mort embourbé dans la vase au bord de la Marne.

Deux éclats de silex taillés, associés aux ossements du mammouth, ont également été découverts, mais ce n’étaient pas des armes. On ne sait pas, actuellement, si le mammouth a été découvert puis en partie dépecé après sa mort ou s’il est mort embourbé alors qu’il était chassé par des Néandertaliens.

Sur le site, une défense et l’os du bras droit d’un second mammouth ont été mis au jour à côté du premier. La seconde défense de ce dernier, manquante, a peut-être été déplacée par le fleuve ou emportée par un homme de néandertal.

agent inrap devant le squelette d'helmut le mammouth

La double courbure des défenses et la forme des dents permettent de conclure qu’il s’agit d’un Mammuthus primigenius, mammouth laineux, dernière espece de mammouth de l’évolution.
Présents à partir de -200 000 ans, ils se sont très bien adaptés à un climat froid et sec, avec notamment trois types de poils.
Avec une espérance de vie de 60 ans, la même que nos éléphants, les mammouth laineux ont disparu de l’actuel territoire français il y a 12 000 ans, à la suite de la dernière periode glacière et du réchauffement climatique. Le dernier mammouth laineux de la planète se serait éteint il y a 3 700 ans au large du détroit de Béring.

Le squelette de Helmut sera démonté du site de Seine-et-Marne puis autopsié. Des analyses complémentaires au carbon 13 et azote 15 sont prévues.

Visite virtuelle du site



A lire aussi :

Khroma, bébé mammouth, se dévoile un peu plus
AO, le Dernier Néandertal : mercredi 29 septembre au cinéma
Sortie en DVD et Blu-Ray du film de Jacques Malaterre, Ao le dernier Néandertal
Les Néandertaliens avaient une culture matérielle symbolique