info-histoire.comInfo et actualité de l'histoire
Musée archéologique d’Antibes (06)

Musée archéologique d’Antibes (06)

Par rédaction, le

La ville d’Antibes, dans les Alpes Maritimes, abrite un musée archéologique très intéressant, niché dans l’un des bastions des remparts, le bastion Saint-André. Ses collections, déjà constituées au début du XXe siècle par Romuald Dor de la Souchère, fondateur du Musée Picasso de la ville, ont intégré le lieu en 1963. Les deux salles du bâtiment, édifié tout comme les fortifications à la fin du XVIIe siècle par Vauban, accueillaient le réfectoire des soldats installés ici en garnison. Ces belles salles voûtées conservent encore le souvenir de cette occupation : on peut y voir un four à pain, une citerne et deux cheminées.

Présentant des objets provenant de fouilles de la région, dont certaines effectuées dans la baie, le musée du bastion Saint-André retrace l’histoire d’Antipolis. Occupé par les Ligures dès le VIe siècle avant J.-C., le site connaît un essor important au Ve siècle quand il devient une colonie de la grande cité grecque de Massalia (Marseille). Le nom d’Antipolis – la ville d’en face – n’est attesté qu’au IIe siècle avant J.-C., mais le rayonnement de la cité comme pôle grec dans la région est bien établi avant cette période.
Le choix du nom de la ville demeure un mystère : Nice n’existait pas encore et ne pouvait être la cité en face d’Antibes. Il s’agissait peut-être de définir la ville grecque par rapport au premier oppidum ligure.
Au Ier siècle avant J.-C., Antipolis acquiert le statut de cité de droit latin puis intègre la Gaule narbonnaise. Plusieurs objets gardent le souvenir de cette histoire, à découvrir au fil de vitrines claires et bien présentées.

Vue du vieil antibes remparts

L’importance du commerce maritime – et particulièrement celui du garum – est évoquée, notamment à travers la reconstitution d’une cargaison de fond de cale. L’installation chrétienne sur les îles de Lérins et la présence d’un premier évêque au Ve siècle de notre ère marquent la fin du parcours chronologique.

Une visite véritablement passionnante, au cours de laquelle on admire, outre les monnaies, plusieurs objets en bronze dont certains de très belle facture et des vestiges de poterie retrouvés à Antibes, à Cannes ou à Vaugrenier. Une villa romaine découverte en plein cœur du vieil Antibes est aussi largement évoquée, grâce aux décors désormais exposés dans le musée (les mosaïques et la reconstitution d’une étonnante fontaine).

N’hésitez pas à faire un tour au coeur de l’histoire de la cité antiboise, de l’Antiquité, largement exposée au fil du parcours, et du XVIIe siècle, évoqué par les lieux.

A relire : la découverte d’une épave antique à Antibes

Informations pratiques :

Ouvert tous les jours sauf le lundi. Fermés les 1er janvier, 1er mai, 1er novembre et 25 décembre.
Du 16 septembre au 14 juin : 10 h – 13 h et 14 h – 17 h
Du 15 juin au 15 septembre : 10 h – 12 h et 14 h – 18 h
Nocturnes en juillet et août, les mercredis et vendredis jusqu’à 20 h.

Tarifs : de 1.5 à 3 euros.
Le site du musée



A lire aussi :

293 pièces de monnaie celte en argent datant du 1er siècle avant J.-C. découvertes en Suisse
Près de 2000 pièces d'or et d'argent des XVIIIe et XIXe siècles découvertes à Langres (Haute-Marne)
Découverte à Antibes (06) d'une épave antique du IIe ou IIIe siècle de notre ère
Aux origines d'Antibes. Antiquité et Haut Moyen Âge, jusqu'au 16 février 2014